Beaucoup de personnes ont peur de l’échec. C’est devenu une telle phobie qu’ils n’osent rien entreprendre. Découvrez pourquoi échouer fait partie de l’apprentissage.

 

La peur de l’échec

La société nous formate depuis tout petit. Dès la primaire, l’échec est sanctionné par de mauvaises notes ou des évaluations négatives.

On nous impose de tout réussir du premier coup, sinon on est catalogué comme cancre, sous-doué, incapable…

La quasi-totalité des apprentissages se résument à apprendre des textes, des lois, des formules, des dates par cœur et à les vomir lors d’un quelconque test. Si la régurgitation s’est bien passée, félicitations ! On passe à la prochaine étape…

Seulement combien oublient toutes ces années d’apprentissage dès que les portes de l’école se referment derrière eux ?

L’échec dans l’apprentissage

Rater est indispensable pour réussir. Pour apprendre, nous avons besoin de nous tromper.

Des études scientifiques ont montré que l’on retient beaucoup mieux d’une situation durant laquelle nous avons éprouvé des difficultés plutôt que si on nous avait donné la solution directement.

Il est parfois difficile d’accepter de se tromper, surtout si vous venez d’un cursus universitaire, ou que vous ayez fait des études longues. C’est justement pour cela qu’un grand travail de déprogrammation est à faire.

L’erreur des solutions toutes prêtes

Aujourd’hui, tout est prémâché. On nous rend la vie facile. Un meuble à monter ? Vous avez la notice dans la boîte. Vous souhaitez réaliser un bon repas ? Suivez la recette.

Mais si vous souhaitez expérimenter, essayez tel ou tel ingrédient, vous risquez d’obtenir un résultat qui ne sera peut-être pas très bon, mais vous aurez appris comment marier les ingrédients. Et surtout, surtout, vous apprendrez à faire vos propres recettes. Vous développerez votre créativité et tirerez pleinement profit d’un apprentissage réussi.

 

✅ Téléchargez le résumé au format PDF :

👉 https://rogerlannoy.com/video/?optin=echec